Le site de Beuz
Slogan du site

Le site de Beuz contient une rubrique pour chacun de mes centres d’intérêts : mandriva linux, tarot, full metal planete, mes logiciels, etc...

2- Le chapitre des grands débutants
Article mis en ligne le 12 décembre 2009
dernière modification le 29 septembre 2012

par beuz
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Vous n’avez jamais joué au Tarot mais brûlez d’envie d’en comprendre les principes. Ces cartes aux représentations scéniques très colorées peuvent paraître énigmatiques au néophyte. Ce n’est pas la seule particularité de ce jeu.

Les atouts

Au nombre de 21, ils sont numérotés et comportent des scènes de la vie quotidienne du 18ème siècle. Evidemment, la carte la plus forte est le 21. La plus vulnérable est le 1. Ces deux cartes particulières associées à une autre (l’excuse, " joker " non numéroté) sont appelés les bouts (ou oudlers).

Le cavalier

Peut-être ne l’avez-vous pas remarqué au premier coup d’œil mais pour chacune des couleurs (cœur, carreau, pique et trèfle) il y a 14 cartes numérotées de 1 à 10 et V, C, D et R pour les valets, cavaliers, dames et rois. Le roi est la plus forte carte et l’as est la plus faible.

Le cavalier est un perturbateur classique pour les joueurs débutants. Situé entre le valet et la dame, il vaincra le valet et toutes les cartes basses... surtout quand vous aurez oublié son existence !

Les buts du jeu

Pour le preneur, c’est-à-dire le joueur qui décide de se battre à un contre tous, le but est de faire un nombre de points qui dépend des bouts possédés : plus il a de bouts, plus c’est facile.

Les autres joueurs doivent s’allier pour l’empêcher.

Pour corser le jeu, il y a un but " subsidiaire" pour le possesseur du petit (le 1 d’atout) : le mener au bout, c’est-à-dire le jouer sur le dernier pli (attention, il bénéficie au camp qui remporte ce pli).

Le déroulement de la partie

Les enchères : Chaque joueur parle à son tour pour déterminer qui osera être preneur et donc lutter contre les autres.

Le chien : Pour " équilibrer " la différence numérique, le preneur dispose de six cartes (le chien) qu’il met dans son jeu après les avoir montrées à la défense puis il rejette six cartes (sans les montrer) pour revenir au même nombre que ses adversaires.

Le jeu : Le premier joue une carte et les autres doivent fournir dans la même couleur. Celui qui n’a pas de carte dans la couleur demandée doit couper. S’il n’a pas non plus d’atout, il met ce qu’il veut !


Forum
Répondre à cet article

pucePlan du site puceContact puceMentions légales puce RSS

2001-2018 © Le site de Beuz - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.89
Hébergeur : Beuselinck